Pho­to­jour­na­lisme Too Young To Wed sur le toit de la Grande Arche de la Défense.

La pho­to­graphe Ste­pha­nie Sin­clair inau­gure l’Arche du Pho­to­jour­na­lisme avec son expo­si­tion jusqu’au 24 sep­tembre. La série Too Young To Wed cherche à com­prendre le mariage d’enfants et/ou d’adolescents à un âge où leur libre arbitre n’est pas entier. Le mariage est alors déci­dé par les familles, pour des rai­sons éco­no­miques, reli­gieuses ou cultu­relles. La série a reçu trois World Press Pho­to et trois Visas d’Or. Elle a été expo­sée au Nations-Unies ain­si qu’à la Bien­nale du Whit­ney Museum (New York, 2010). Ste­pha­nie Sin­clair est une pho­to­graphe née à Mia­mi en 1973. Elle a docu­men­té les conflits ira­kiens et afghans, avant de se consa­crer depuis quinze ans à son pro­jet Too Youg To Wed. Ce pro­jet s’est trans­for­mé en ONG, ain­si qu’en docu­men­taire pour Natio­nal Geo­gra­phic (Child Brides).

Depuis quinze ans, l’Américaine réa­lise des repor­tages sur ces jeunes filles dont la vie bas­cule en une “céré­mo­nie”. Une expo­si­tion en forme d’engagement qui met en lumière ces des­tins bri­sés,

L’Arche du Pho­to­jour­na­lisme prend place sur le toit de l’Arche de la Défense, amé­na­gé en ter­rasse et de nou­veau ouvert au public. L’espace d’exposition occupe 1200m2, tan­dis qu’une ter­rasse, un pont pas­se­relle et une librai­rie occupent le reste du toit. Jean-Fran­çois Leroy, le direc­teur de l’Arche du Pho­to­jour­na­lisme, a sélec­tion­né 150 pho­tos et six vidéos d’entretiens de l’artiste avec des jeunes filles de dif­fé­rents pays. Pour l’accès au roof­top, comp­tez 15 euros pour un tarif nor­mal et entre 12 euros et 7 euros pour les chô­meurs ou les étu­diants (gra­tuit pour les – de 6 ans). L’entrée à l’exposition quant à elle, est au prix unique de 4 euros et est gra­tuite pour les – de 16 ans.

Toit de la Grande Arche de la Défense (https://www.lagrandearche.fr/le-photojournalisme) : 1, par­vis de la Défense, Puteaux (92). Ouvert tous les jours au public de 9h30 à 18h30.